Publié par :
Sonya Charest

Imprimer
Partager Courriel Facebook Twitter
L'Odyssée des monarques © Espace pour la vie (Karine Vendette)

Ensemble pour le monarque

Quand l’Insectarium a tiré la sonnette d’alarme en affirmant que le papillon le plus connu de la province, le monarque, était pratiquement inexistant sur le territoire et que ses effectifs avaient connu une baisse dramatique d’environ 90 % sur l’ensemble de l’est de l’Amérique du Nord, les journalistes de partout ont relayé la nouvelle. Les citoyens ont aussi été nombreux à nous faire part de leur inquiétude et de leur désir d’agir. La situation tragique à laquelle fait face la population de papillons monarques a, de toutes évidences, touché de nombreux Québécois.

Voilà encore une fois la preuve qu’une bonne part de la solution peut et doit venir de chacun d’entre nous, que le pouvoir de changer les choses est entre nos mains. Le monarque est menacé, sur le long terme, par la destruction de ses habitats et, de façon plus drastique et rapide, par les impacts des changements climatiques.

Oasis pour les monarques

L'Odyssée des monarques © Insectarium de Montréal (André Payette)

L'Odyssée des monarques - Le début d'un long voyage vers le sud © Insectarium de Montréal (André Payette)

Le programme Oasis pour les monarques a été conçu pour appuyer les gens désirant offrir au papillon le gite et le couvert et ainsi lui procurer un habitat de reproduction dont il a bien besoin. Les jardiniers du Québec ont démontré beaucoup d’intérêt et, déjà, des demandes de certification nous sont adressées. C’est un pas dans la bonne direction. Et, disons-le, le monarque n’est pas le seul à profiter de ces jardins de toutes tailles fournissant diversité, couleurs, fraîcheurs et, quelques fois, récoltes!

S’impliquer

Que faire pour contrer les changements climatiques? Les solutions ne sont pas aussi rapides d’application, mais il est impérieux de s’atteler à la tâche rapidement : diminuer sa consommation (de biens et d’énergie), réutiliser, recycler, composter, ralentir… Il y a aussi d’autres gestes importants à poser : faire valoir ses droits de citoyen et exiger des gouvernements de prendre compte de la situation et de poser les gestes nécessaires. Bien entendu, un monde sans monarques n’arrêtera pas de tourner, mais il serait nécessairement plus triste. Cependant, ce qui affecte le papillon touche aussi de nombreux autres êtres vivants, dont nous sommes. Devons-nous attendre le point de rupture pour agir?

Le programme Monarch Watch

Étiquetage d'un monarque © Espace pour la vie (Karine Vendette)

Étiquetage d'un monarque © Espace pour la vie (Karine Vendette)

Pourtant, il n’y a pas de doute, le poids du nombre fait toute la différence. Ensemble, on peut changer les choses. Déjà dans le passé, le monarque en a fourni la preuve. Alors qu’on ignorait encore de grands pans de la vie de l’insecte, un chercheur canadien a eu l’idée de demander l’aide de bénévoles de son entourage pour le soutenir dans sa tâche scientifique. Afin de savoir où allait le monarque à l’approche de l’hiver, il a mis à contribution des centaines de personnes pour étiqueter, relâcher et rechercher des monarques. Des gouttes d’eau dans un océan orangé coulant vers le sud. Avec beaucoup de persévérance et d’intuition, mais surtout avec l’aide de citoyens, il a fait la grandiose découverte des sites d’hivernage mexicains. Et depuis, la préservation de ces lieux précieux et fragiles a pu être organisée.

Odyssée des monarques

Pendant trois fins de semaine, l’Insectarium rend hommage à ces efforts concertés de chercheurs et de citoyens en présentant l’Odyssée des monarques, une animation racontant l’histoire du chercheur Fred Urquhart, de la découverte des sites d’hivernage. Des dizaines de monarques sont aussi étiquetés et relâchés pour participer à l’effort commun de collecte d’informations sur la migration du monarque.

Votre collaboration

Vous voulez faire partie du mouvement? Créez une Oasis pour les monarques, assistez à l’animation l’Odyssée du monarque ou inscrivez-vous pour la prochaine édition de Monarque sans frontière (à partir de janvier 2014). Vous aurez alors le plaisir d’observer des chenilles de monarque devenir chrysalides puis papillons, de les étiqueter et de fournir des informations aux scientifiques de Monarch Watch.

Ensemble, agissons.

Sonya Charest est agente de programmes éducatifs et responsable du programme Monarque sans frontière à l’Insectarium – Espace pour la vie.

10 réponses à Ensemble pour le monarque

  1. Monique Briand dit :

    La mauvaise nouvelle que je viens d’apprendre me chagrine tellement! J’approuve tellement vos démarches, nous avons besoin d’espoir pour le monarque – et pour notre race humaine…
    S’il y a quelque chose que je puisse faire, n’hésitez pas à me le faire savoir.

    Cordialement,
    Monique Briand
    LaSalle, QC

  2. Marie-Claude Inkel dit :

    Bonjour, J’ai effectivement remarqué que certains papillons tel que le Monarque étaient pratiquement absents cet été. En fait je crois que je n’en ai vu qu’un! Nous laissons pousser l’asclépiade sur notre terrain pour aider. Nous vivons à Gatineau, en campagne.

  3. Chère Madame,

    Je salue chaudement vos efforts de sensibilisation de la population; je suis entièrement d’accord avec vous, c’est le citoyen qui doit agir pour tenter de sauver le monarque, ce papillon qui apporte depuis ltoujours le bonheur dans nos champs et nos prés fleuris. Ce déclin est une véritable catastrophe.

    Maintenant, il n’y a pas que le réchauffement qui soit responsable de cette tragédie. Il y a notre inaction crace au Canada devant Monsanto:

    1. Le pesticide Roundup de Monsanto en Amérique détruit des hectares d’asclépiades: http://goodmorninggloucester.wordpress.com/2013/03/29/how-exactly-are-monsantos-products-ravaging-the-monarch-butterfly-population/

    2. Les OGM de Monsanto: « Il a été démontré qu’une exposition prolongée au pollen de maïs Bt affectait le comportement et la survie du papillon monarque, le plus connu des papillons d’Amérique du nord[5],[6]. L’OGM peut également donner des opportunités d’expansion à des nuisibles qui profiteraient de la disparition du parasite ciblé… »
    http://www.asef-asso.fr/mon-jardin/nos-syntheses/1594-les-ogm-solution-pour-demain-ou-catastrophe-annoncee-la-synthese-de-l-asef

    3. Et l’on sait depuis une quinzaine d’années que le pollen du maïs BT (maïs OGM auquel on a « transmis » une bactérie qui tue le charançon du maïs) tue les chenilles des monarques: http://www.news.cornell.edu/stories/1999/04/toxic-pollen-bt-corn-can-kill-monarch-butterflies

    Le Canada et les US sont les 2 seuls pays industrialisés qui continuent à refuser l’étiquetage obligatoire des OGM. C’est un scandale. Si les Canadiens connaissaient les ravages produits par les OGM dans nos champs, en l’occurence la mort de milliers de monarques, réagiraient-ils assez fortement? Qu’est-ce donc que cette apathie suicidaire des Québécois et des Canadiens?

    • Sonya Charest dit :

      Bonjour madame Charron,

      Vous avez raison, le réchauffement climatique n’est pas la seule menace pour la population de monarques de l’est de l’Amérique du Nord. En fait, c’est la perte d’habitat qui est le principal facteur de déclin à long terme. Les climats extrêmes rencontrés au cours des dernières années ne font qu’accentuer dramatiquement le phénomène.

      En raison des cultures de maïs et de soya transgéniques, le « Corn Belt » américain est devenu ni plus ni moins un désert que doivent traverser les monarques en migration vers le sud ou le nord. Auparavant, c’était la zone de reproduction la plus productive en Amérique! Des citoyens, dont des scientifiques, se lèvent aux États-Unis et au Canada pour dénoncer l’impact de OGM dans l’environnement. Le monarque et les autres pollinisateurs sont les exemples les plus probants pour en faire la démonstration.

      De plus, des programmes de « Waystations » et d’ »Oasis pour les monarques » ont été créés dans les deux pays pour que les citoyens participent à l’implantation d’asclépiades partout en Amérique du Nord.

      En participant à la sauvegarde du monarque, ce sont de nombreux autres êtres vivants qui en profitent. L’important est d’ajouter son action à celles des autres. Ensemble, on peut beaucoup!

      Merci de votre intérêt pour Espace pour la vie,
      Sonya Charest
      Agente de programmes éducatifs
      Responsable du programme Monarque sans frontière

  4. Claudine Dufour dit :

    Bonjour, nous venons de voir un papillon portant un collant blanc sur son aile qui portait la mention SAP253. Malheureusement, le reste de ce qui était écrit était trop difficile à lire. Il était bien en forme alors nous l’avons laissé repartir. Est-ce que vous savez à qui nous devons mentionner la présence de ce monarque? (St-André Avellin, 18 sept 2013 à 15h dans sedum rose). C’était seulement ma 2e observation de monarque dans mon coin ce qui est alarmant car j’ai des dizaines d’asclépiades autour de la maison. Merci!

    • Sonya Charest dit :

      Bonjour madame Dufour,

      Vous avez sans doute rencontré un des monarques relâchés par les participants du programme Monarque sans frontière de l’Insectarium de Montréal. Les données d’étiquetage n’ayant pas toutes été transmises par les éleveurs, nous ne pouvons vous préciser le point de départ de ce papillon. Mais vous avez bien fait de le laisser repartir. Il pourra ainsi poursuivre sa route jusqu’au Mexique!

      Merci de votre intérêt pour Espace pour la vie,
      Cordialement,
      Sonya

      • Claudine Dufour dit :

        Merci, je suis allée comparer avec les étiquettes de Monarques sans frontière et c’était bien un de ceux là… Longue vie à cette belle initiative!

  5. Jacques Levasseur dit :

    Bonjour,
    J’aurai peut-être enfin la réponse à ma préoccupation : où en sommes-nous avec le Monarque en 2014 ? Y a-t-il de l’espoir ? Je n’en ai vu aucun dans notre jardin ni cette année ni l’an dernier.
    Merci.

    • Espace pour la vie dit :

      Bonjour,

      Merci de votre intérêt pour Espace pour la vie. Nous avons soumis votre question à nos spécialistes à l’Insectarium, nous vous tiendrons au courant dès que nous aurons obtenu une réponse de leur part.

      Cordialement,
      L’équipe du blogue

    • Espace pour la vie dit :

      Bonjour,

      Selon nos experts, la situation du monarque est meilleure que l’an dernier, elle pourrait passer de très catastrophique à catastrophique si la migration vers le Mexique et la période d’hivernage se déroulent bien. On observe au moins le double des monarques de l’an dernier et les experts américains prédisent que si tout se déroule bien, la population pourrait doubler. C’est encourageant mais la population est de si petite taille qu’elle sera encore TRÈS vulnérable. On aura besoin de 3-4 années comme celle-ci en ligne… La bonne nouvelle c’est qu’il commence vraiment à y avoir une mobilisation au niveau des décideurs de chaque pays Nord-Américain avec la création de groupe d’experts nationaux qui travailleront ensemble pour mettre en place un plan d’intervention international.

      Si vous souhaitez aider à préserver la population de monarques, nous vous invitons à leur créer un oasis dans votre jardin pour leur permettre de se nourrir et de se poser quelques temps.

      Cordialement,
      L’équipe du blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>