Publié par :
Marika D'Eschambeault

Imprimer
Partager Courriel Facebook Twitter
Albatros de Laysan (Phoebastria immutabilis) © Jean Lemire, Glacialis Productions

Jour 295 de la mission

Avec près d’un an de tournage complété, la mission 1 000 jours pour la planète prend son second élan. La deuxième année couvrira plusieurs sujets chauds. Cap sur le chemin parcouru et les aventures à venir!

L’œil de la caméra a su capter l’essentiel. La bande-annonce biodiversité rend hommage à la beauté de la vie sur Terre : deux minutes vingt secondes d’émotions pures donnent un avant-goût de la première série de documentaires qui sera diffusée à l’émission Découverte dès le mois de mars. Dans l’œil du jaguar qui nous fixe, je tente de capter le reflet de notre propre relation avec la nature… et je vois ma flamme pour cette mission ravivée!

Images marquantes

Oeuf d'albatros de Laysan © Jean Lemire, Glacialis Productions

Oeuf d'albatros de Laysan © Jean Lemire, Glacialis Productions

La première année aura été riche en émotions, soulevant parfois le cœur jusqu’à nous donner le mal de mer. Au Camp de base de la mission, la capsule vidéo des îles Midway a remué plus d’un visiteur. En avril dernier, l’équipe de tournage s’est déplacée aux îles Midway, au nord-ouest d’Hawaï, là où les plages sont jonchées d’objets de plastique échoués. Les images percutantes de carcasses de jeunes albatros de Laysan, l’estomac plein de ces déchets ingurgités, choquent. Elles nous ont fait découvrir les conséquences insoupçonnées de l’omniprésence du plastique dans nos vies.

D’autres fois, ce sont les bonnes nouvelles qui nous ont enthousiasmés! Je pense à la rencontre avec le paresseux nain vivant dans les mangroves qui encerclent l’île d’Escudo de Veraguas, au large du Panama. Jusqu’à tout récemment, on croyait que l’espèce ne pouvait survivre au-delà des mangroves. Quelle ne fut pas la surprise de l’équipe lorsqu’elle découvrit, grâce à des colliers émetteurs installés sur les paresseux et aux informations fournies par des habitants de l’île, que des individus se retrouvaient également à l’abri dans la forêt, au cœur des terres!

Cap sur les îles du Pacifique

De Guayaquil à la Polynésie française © United States Geological Survey / Creative Commons

De Guayaquil à la Polynésie française © United States Geological Survey / Creative Commons

La deuxième année de tournage a débuté en novembre aux mythiques îles Galápagos. Là-bas, une année marquée par El Niño se distingue de nombreuses façons : lorsque les courants froids se réchauffent, les populations d’otaries, de manchots et d’iguanes marins plongent, car leur nourriture n’est plus suffisante. Ainsi, les Galápagos sont un véritable laboratoire vivant et offrent aux chercheurs un portrait en temps réel des effets du réchauffement climatique.

Dans les prochains jours, le Sedna IV entreprendra de traverser l’océan Pacifique en 28 jours pour rejoindre la Polynésie française, puis Kiribati. Ces îles paradisiaques promettent des rencontres mémorables avec des populations ingénieuses, qui ont à cœur le développement durable de leur communauté, tout en se préparant à faire face aux défis qui les attendent, comme l’élévation du niveau de la mer…
Au plaisir de partager avec vous, en direct au Camp de base ou dans votre classe, les aventures et les surprises qui nous attendent de l’autre côté du Pacifique.

Marika D’eschambeault est coordonnatrice en loisirs scientifiques au Camp de base de la mission 1 000 jours pour la planète et communicatrice scientifique sur le Sedna IV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>