Publié par :
Rachel Léger

Imprimer
Partager Courriel Facebook Twitter
Dindon sauvage

Du dindon sauvage à la dinde de Noël!

Savez-vous vraiment d’où vient la dinde qui orne votre table du temps des Fêtes? Son nom véritable est « dindon sauvage » ou Meleagris gallopavo. À l’origine, ce gallinacé vivait dans les espaces boisés, de l’Ontario jusqu’au Mexique. Cet oiseau cache une histoire fascinante.

Un délice royal

Lorsque Christophe Colomb et Fernand Cortès débarquèrent en Amérique, ils dégustèrent une volaille tellement délicieuse qu’ils décidèrent, chacun à leur tour, de ramener certains de ces oiseaux vivants en Espagne. Pensant avoir accosté en Inde, ils nommèrent la volaille « poule d’Inde », et sa chair devint rapidement un mets très apprécié et très recherché pour tous les banquets royaux d’Europe.

Le vrai dindon sauvage dort souvent dans les arbres pour se mettre à l’abri de ses prédateurs, notamment les coyotes, les renards, les ratons laveurs et les mouffettes. Le mâle se reproduit avec plusieurs femelles, qu’il attire en gloussant. La femelle fait son nid sur le sol et y pond une dizaine d’œufs.

Au milieu du 20e siècle, la chasse et la destruction de son habitat ont failli entraîner la disparition du dindon sauvage. Aujourd’hui, l’espèce se porte beaucoup mieux. Et la consommation de dindon sauvage a diminué au profit de celle du dindon d’élevage, dont l’aspect physique est très différent!

Viande blanche ou sauvage?

Dindon blanc à large poitrine, Creative Commons, Bergshatchery

Dindon blanc à large poitrine, Creative Commons, Bergshatchery

La dinde que vous servirez peut-être à Noël n’est plus sauvage. C’est un dindon blanc ou dindon blanc à large poitrine, une race développée au cours des années 1950 par des éleveurs. Ils ont croisé des spécimens pour obtenir des oiseaux plus en chair et dont le plumage et la chair sont plus blancs.

 

C’est toujours la même espèce, même si le dindon blanc ressemble peu à l’oiseau coloré et rapide qu’est le dindon sauvage! Il est trop lourd pour courir, voler ou grimper sur une branche d’arbre. On l’élève pour qu’il produise une large poitrine de viande blanche, très recherchée par les consommateurs. Cette poitrine est tellement ample que l’oiseau a tendance à tomber vers l’avant et est physiquement incapable de s’accoupler. Tous les dindons domestiqués sont donc conçus par insémination artificielle.

Prêts pour Noël!

Nos dindes et dindons de Noël vivent une existence courte et protégée, aux côtés de milliers d’autres volatiles. Il ne faut que 15 semaines pour produire une dinde de 10 kilos. Les élevages sont donc planifiés pour que dindes et dindons puissent se retrouver sur nos tables à Noël.

Pour voir un vrai dindon sauvage, tel qu’il se retrouve dans la nature, rendez-vous au Biodôme et venez vous promener dans l’Érablière des Laurentides. Une belle femelle âgée d’un an, pesant 5 kg, et qui adore manger des criquets et des pousses de germe de tournesol, vous y attend. Elle vous gratifiera peut-être même d’un irrésistible glouglou!

Joyeuses fêtes!

Rachel Léger est directrice du Biodôme de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>